Différents enregistrements vidéo



Perspective du contexte, perspective subjective et entretien en re-situ : 3 approches qui se complètent

Enquête Vidéo Commentaire
Perspective du contexte et micro HF (Annie) CE

Perspective d'un observateur tiers. Il s'agit d'un enregistrement réalisé avec un caméra disposée dans la salle sur un support fixe. Il n'y a aucun mouvement de caméra (changement de point du vue), ni mouvement optique ou électronique (pas de zoom). Le grand angle permet d'enregistrer la plupart des mouvements des visiteurs. Dans cet exemple, Annie est équipée d'un micro HF (micro sans fil), ainsi nous percevons tous les sons, même les soupirs, ce qui ne serait pas le cas avec un micro situé près de la caméra. L'opérateur est hors de la vue du visiteur.

Perspective subjective située et micro HF (Annie) CE Voici maintenant la même séquence que ci-dessus, enregistrée à partir du point de vue du visiteur. Nous avons ajouté la perspective fixe en insert vidéo en bas à droite de l'image principale. L'expérience est bien mieux renseignée que dans l'extrait ci-dessus ; nous pouvons deviner ce que le visiteur regarde et nous pouvons éventuellement mesurer des temps de regard devant les oeuvres. Nous pouvons décrire plus finement la perception visuelle vraisemblable du visiteur.
Temps de regards (Daniel) CE La perspective subjective peut nous conduire à vouloir mesurer des temps de regard. En effet dans la plupart des séquences de cet extrait, il est possible de mesurer le temps du regard posé sur un objet avec une précision de l'ordre de 1/25 s. Mais ces temps de regard restent hypothétiques tant que cela n'a pas été confronté avec le visiteur car d'une part nous ne savons pas exactement ce que le visiteur regarde lorsque les objets sont proches les uns des autres et d'autre part, le regard peut se poser en dehors du champ de la caméra.
Temps de regards (Fanny) CE Par exemple, dans cet extrait, nous ne pouvons pas savoir ce que regarde Fanny à cet instant précis : est-ce le chien à gauche de l'image ou le gâble fortement éclairé que l'on devine dans la salle suivante ? Seul un entretien avec le visiteur peut renseigner et fixer cette dimension. Cet extrait suggère par ailleurs que les verbalisations intra-familiales peuvent constituer une matière intéressante de recherche.
Entretien en re-situ subjectif (Annie) CE L'entretien en re-situ subjectif agit comme une sorte de catalyseur de la réminiscence. Le visiteur peut sans difficulté, raconter, montrer, commenter ce qu'il vient de vivre, de penser, de ressentir. Le visiteur est particulièrement résistant aux mauvaises interprétations du chercheur : il sait précisément ce qu'il a regardé même quand son regard s'est porté hors du champ enregistré. Il a accès à ses émotions et aux pensées associées à ses regards.
Cours d'expérience d'Annie CE

Annie utilise le repérage comme une stratégie pour entrer dans une histoire SH1; ici, elle n'y parvient pas immédiatement car la dimension religieuse est trop prégnante. Annie tente alors de modifier sa perception pour composer une histoire à la mesure de ce qu'elle peut vivre. Elle tente de ne plus percevoir des statues religieuses mais plutôt des formes, des formes avec lesquelles elle peut composer une histoire. Le conflit s'apaise lorsque la dimension religieuse disparaît et fait place à des formes, des pierres SH2.