Le cours d'expérience par oeuvre

L'entretien RSS (entretien en re-situ subjectif) est un entretien au cours duquel le visiteur commente l'enregistrement vidéo de sa perspective subjective.

La perspective subjective est l'enregistrement vidéo de la perspective visuelle du visiteur pendant sa visite.

Le signe hexadique (SH1...5) comporte un ensemble articulé de catégories descriptives qui, une fois renseignées, permet de faire émerger le cours d'expérience du visiteur.

Le cours d'expérience décrit la construction du sens pour l’acteur, au fur et à mesure de son activité.



Différents cours d'expérience en relation avec la même statue

Image Élément Résumé du cours d'expérience

CE
Les chiens et la chimère Alain SH2se dit surpris par "le chien", il en a eu peur « il m'a fait peur, il m'a surpris un peu », il dit ne pas beaucoup aimer les chiens, il évite soigneusement de croiser cette sculpture du regard, ne se souvient plus du cartel qui y était associé.
CE Les chiens et la chimère Fanny SH1regarde le chien mais « ne passe pas beaucoup de temps » parce que « ça l’intéresse peu », « ce n’est pas une pièce qui l’attire spécialement » d’autant que dans ses études d'histoire de l'Art médiéval « elle a beaucoup travaillé sur les animaux, elle connaît pas mal le truc ».
CE Les chiens et la chimère Hélène SH1"inspecte" le sas puis compare les têtes des chiens entre elles et s’approche de la chimère, cette « la bestiole » dit-elle dans la vidéo subjective « qui est plus atypique que les deux autres [chiens] ».
CE Les chiens et la chimère Olivier SH1voit des chiens dont « un lévrier » sur lequel il pose en particulier un regard appuyé (8 s). Il le trouve « très beau » tandis que l’autre chien et la chimère, même si ces sculptures « ne sont pas mal non plus », restent « des figures plus classiques ». Olivier a une DEA en histoire de l'Art.
CE Les chiens et la chimère Roger SH1trouve que la juxtaposition des chiens et de la chimère crée une tension entre le traitement réaliste de l’un et le traitement fantastique de l’autre. Il aimerait bien comprendre comment une personne vivant au Moyen Âge pouvait interpréter cette tension.
CE Les chiens et la chimère Roman SH1se tient à une certaine distance des chiens, il leur trouve un air « démoniaque », « des puissances aveugles qui se dégagent derrière » qu’il espèrent endormies. Il semble que Roman cherche la bonne distance avec la chimère, à la fois proche pour s’y lier mais pas trop de façon à rester hors de portée des maléfices
     
CE La représentation de la Synagogue Genny SH1 et Genny SH2 « se focalise sur les mains » des statues et sur les corps elle « mimétise » les attitudes des statues si bien qu’elle "est dans les mains et le corps des statues". Elle est en recherche de mystère, elle mobilise ses références à la danse « les parallèles des mains, les levés, les portés », pour elles, la plupart des statues "dansent" et sont en suspension.
CE La représentation de la Synagogue Gwenn SH2perçoit la figure de la Synagogue en tant qu’archétype « [la Synagogue] incarne cette atmosphère » d’autant plus qu’elle a le tête penchée « c'est très caractéristiques des statues je trouve, des statues au Moyen Âge, ils penchent souvent la tête, enfin beaucoup de statues penchent la tête d'un côté ». Elle ressent une tristesse qui se dégage de ces visages dans une ambiance pieuse.
CE La représentation de la Synagogue Hélène SH3 s’attarde sur une statue qui l’intéresse pour ses formes. En décrivant la statue, elle nous renseigne sur ses propres canons esthétiques, elle trouve que la statue, la figure de la Synagogue, a "des proportions extraordinaires". Elle souhaite partager cette relation avec son mari qui a ce moment ne l'entend pas, il reste concentré sur son audioguide et c'est lui qui partage ses émotions a propos du Tentateur.
CE La représentation de la Synagogue Isis SH1imagine "toute l’histoire de ces gens, tout ce vécu" pour lequel elle dit que « à chaque fois ça remue un petit peu » et qu’elle « adore cette période du Moyen Âge mais […] sans être très douée en histoire », elle se dit « fan de roman historiques ». Elle renforce sa connaissance d’un Moyen Âge où l’on « se dit : mais avoir une maîtrise pareille c’est quand même remarquable ».
CE La représentation de la Synagogue Olivier SH2 remarque en particulier l’atlante dont « le mouvement de bras dans le dos est mi-romain mi-actuel, enfin c’est impressionnant de le voir au Moyen Âge » ainsi que la figure de la Synagogue « avec un déhanchement qui est pas commun, qui est pas celui d'une vierge ».
     
CE Les Vierges folles et les Vierges sages Genny SH3s'ennuie avec les Vierges qui sont aujourd'hui statiques alors que le spectacle de Renate Pook les faisait danser.
CE Les Vierges folles et les Vierges sages Gwenn SH3aperçoit les Vierges folles, figures qu’elle ne connaît pas. Elle aime « la présentation des femmes, des Vierges » et pense que « les femmes n’étaient pas bien représentées «  au Moyen Âge, la femme était soit « pieu[se] et vierge » soit « sorcière » soit « folle ».
CE Les Vierges folles et les Vierges sages Roger SH1et Roger SH3 identifie les lampes que portent les Vierges et il associe ces lampes à la Bible ce qui fait émerger des souvenirs liés à son enfance. Ces souvenirs lui rappellent son éducation « très très traditionnelle », « 16 leçons de grec ancien et de latin par semaine ». Il « voit des images et entend des sons » de son enfance en rapport avec la période du Moyen Âge et conçoit comme un « challenge » d’aller trouver loin dans ces périodes et sa mémoire les clés des énigmes de ces statues. Cependant, Roger nous dit que s'il ne trouve pas de réponse, ce n'est pas grave car la vie aussi est "un puzzle irrésolu".
     
CE Le chevalier Daniel SH2repère le chevalier, puis le regarde très furtivement pour le garder en mémoire "au cas où il aurait d'autres miniatures à réaliser". Daniel s'intéresse en particulier au drapé de la Renaissance.
CE Le chevalier Fanny SH4lit le cartel associé au chevalier pour savoir précisément s'il s'agit de la représentation d'un chevalier, car cela aurait pu être un donateur, un croisé...
CE Le chevalier Isis SH3 remarque une statue de chevalier qu’elle regarde furtivement par deux fois. Lorsqu’elle s’en approche, elle le trouve « majestueux », note « sa cote de maille, son beau visage, son épée » tout en faisant référence à des films et des livres qu’elle a lus.
     
CE Le sacrifice Hélène SH2regarde les statues de loin et repère un « groupe important, une scène représentée ». Elle se dirige alors vers le groupe sculpté dans l’espoir d’y trouver « une histoire », en supposant qu’une scène sculptée comporte une histoire comme si une statue en elle-même ne pouvait constituer une histoire mais que les relations entre les personnages d’un groupe sculpté pouvaient « raconter » une histoire. Pour Hélène il s'agit d'une oeuvre qui "lui parle".
CE Le sacrifice Olivier SH3perçoit le Sacrifice qu’il juge « classique… pas terrible » mais il en profite pour « faire le vide notamment devant les sculptures devant [lesquelles] je [ne] vais pas fixer intensément quelque chose ». Pour Olivier, il s'agit d'une oeuvre mineure devant laquelle il en profite pour faire le vide avant de passer à d'autres sculptures plus intéressantes.